Catégories
Histoire Histoire du tourisme

Les riches heures de la villa Kattendyke

⏱ Temps de lecture : 9 minutes.

IsolĂ©e sur son cap Ă  l’aplomb de la tĂȘte de MĂ©relle, la villa Kattendyke est connue de tous les visiteurs de GĂ©rardmer. Cette villa a une histoire aussi riche que mĂ©connue. De FrĂ©dĂ©ric de Carcy Ă  Henriette Miraud-Thorens, pendant prĂšs de 70 ans, ses illustres occupants ont fait rayonner GĂ©rardmer trĂšs loin. Retour sur les riches heures de la villa Kattendyke.

Kattendyke avant Kattendyke

Avant que Kattendyke ne devienne presque un toponyme Ă  part entiĂšre, ce bout de terre avancĂ© sur le lac Ă©tait baptisĂ© la loge. Une ferme et une remise abritaient une famille de fromager. Au dĂ©but du XIXe siĂšcle la Loge Ă©tait occupĂ©e par Nicolas-Joseph Étienne, puis par son fils ThiĂ©baut Étienne. En 1839, la Loge passe Ă  un certain GĂ©rard Remy. En 1860, un matin de juillet, il voit accoster un bateau duquel dĂ©barque un drĂŽle de personnage. Ce petit bout de terrain est sur le point de se mĂ©tamorphoser.

Localisation de la villa sur le lac de Gérardmer (photographie aérienne de 1950 / IGN)

Le jour du dĂ©part, en attendant le dĂ©jeuner, j’allai faire une promenade sur le lac, dans l’unique batelet qu’un riverain, Pheulpin, louait aux visiteurs. En faisant le tour des rives absolument inhabitĂ©es, je remarquai un espĂšce de cap fort pittoresque oĂč Ă©tait une maisonnette de paysan nommĂ© la Loge. J’étais surpris que personne n’ait eu la pensĂ©e de construire quelques chalets sur les bords de cette belle nappe d’eau. « N’y a-t-il rien Ă  vendre ? » demandais-je au batelier. « Non ! Cependant, Remy, qui demeure Ă  la Loge, m’a dit, l’hiver dernier, qu’il vendrait volontiers ».

– « Menez-moi donc un instant chez Remy ».

Nous abordĂąmes et, un instant aprĂšs, nous Ă©tions attablĂ©s chez un grand paysan vosgien qui vivait avec sa famille Ă  la Loge. Il nous offrit le trop indispensable verre d’eau de vie. Et quelle eau de vie ! l’abrutissante boisson est la plaie de la population vosgienne si intelligente et si laborieuse !

– Est-ce que vous voulez vendre la Loge ?

– Pourquoi pas ? [
]

– Combien la vendriez-vous ?

– Quatre mille francs et les Ă©pingles.

– C’est bien cher !

– C’est comme je vous dis.

Politesse, force bonjours et « Revenez nous voir » me fit-il en me reconduisant au bateau. Je rentrai pour le déjeuner.

– Y a-t-il un notaire Ă  GĂ©rardmer ? demandais-je Ă  l’hĂŽtelier.

– Mais oui. C’est MaĂźtre Poupard qui vient dĂ©jeuner Ă  cette table.VoilĂ  sa serviette.

Une bonne figure blonde et naïve vint prendre la place indiquée.

– Maütre Poupard, lui dis-je, connaissez-vous la Loge ?

– Oui Monsieur.

– Est-ce que quatre mille francs est un prix raisonnable pour ce coin de terre ?

– Oui Monsieur.

– Seriez-vous assez bon pour venir avec moi chez Remy aprĂšs le dĂ©jeuner.

– Bien volontiers ! »

Nous voilĂ  tous en bateau avec Henriette, Elisabeth et Mathilde pour faire le tour du lac. Je montrai la Loge Ă  ces dames.

– Si nous achetions cette petite ferme à notre fille avec les fonds presque suffisants de sa grande bourse ?

– Ce serait un placement et peut-ĂȘtre, un jour, une bonne affaire.

Je dĂ©barque avec MaĂźtre Poupard ; nous nous attablons de nouveau chez Remy, nous reprenons son eau de vie et, un quart d’heure aprĂšs, MaĂźtre Poupard avait fait l’acte de vente sur papier timbrĂ©, il Ă©tait signĂ© et nous Ă©tions devenus propriĂ©taire de la Loge que Remy gardait comme locataire, moyennant trois cents cinquante francs de fermage ! [FrĂ©dĂ©ric De Carcy, MĂ©moires, Bar-le-Duc, Ă©ditions Serpenoise, 1979, p. 204-205]

Celui qui s’apprĂȘte Ă  signer l’acte de vente se nomme FrĂ©dĂ©ric de Carcy (1814-1889). En 1861, c’est un militaire Ă  la retraite. Il avait eu une carriĂšre d’officier sous la monarchie de Juillet puis avait occupĂ© des fonctions importantes au plus prĂšs du pouvoir au moment de la RĂ©volution de 1848 et au dĂ©but de la DeuxiĂšme RĂ©publique. Il avait fait parti de la garde rapprochĂ©e du gĂ©nĂ©ral Changarnier. Ce dernier avait Ă©tĂ© candidat Ă  l’élection prĂ©sidentielle pour le camp des monarchistes. Quelques temps aprĂšs, Changarnier Ă©tait nommĂ© commandant de la Garde Nationale. De Carcy frayait dans ce monde des salons et des artistes. C’était un vĂ©ritable homme du monde.

Portrait de Frédéric de Carcy (gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84508874)

Politiquement monarchiste au dĂ©but de sa vie, il ne s’est jamais rangĂ© du cĂŽtĂ© de Louis-NapolĂ©on Bonaparte. Il s’est mĂȘme fait connaĂźtre comme un combattant de l’Empire. À la fin de sa vie, il deviendra ouvertement rĂ©publicain. En 1871, il sera Ă©lu sur la liste rĂ©publicaine aux Ă©lections municipales de Nancy.

De Carcy est mariĂ© Ă  Henriette Swellengrebel, la belle-fille du Baron de Kattendyke, qui Ă©tait notamment ministre des Affaires Ă©trangĂšres aux Pays-Bas. Elle n’était en effet que sa belle-fille car sa mĂšre l’avait eu d’un premier mariage et son vĂ©ritable pĂšre Ă©tait mort avant mĂȘme sa naissance. Sa mĂšre s’était ensuite remariĂ©e trois ans plus tard avec le baron de Kattendyke et Henriette avait Ă©tĂ© Ă©levĂ©e avec ses trois autres filles : Anna, Ida et Elisabeth.

Lorsque de Carcy vient Ă  GĂ©rardmer en 1861, il est accompagnĂ© par sa fille Mathilde (nĂ©e en 1851 Ă  Paris et dĂ©cĂ©dĂ©e Ă  PlombiĂšres-les-Bains en 1918), sa femme Henriette et par sa belle-sƓur Elisabeth. Sur le chemin du retour, c’est cette derniĂšre qui propose Ă  FrĂ©dĂ©ric de reprendre l’acquisition Ă  son compte Ă  la condition que FrĂ©dĂ©ric de Carcy lui construise un petit chalet. Trois ans aprĂšs, la maison construite par de Carcy est terminĂ©e et prend le nom de « villa Kattendyke ».

L’acte de vente est rĂ©alisĂ© grĂące Ă  une procuration et il n’est donc pas signĂ© en prĂ©sence d’Elisabeth. Comme, celle-ci s’est dĂ©cidĂ©e aprĂšs coup, de Carcy a probablement fait annuler son premier acte de vente et fait refaire, quelques jours plus tard, un acte au nom d’Elisabeth. Celle-ci Ă©tant rentrĂ©e Ă  Nancy entre temps, une procuration Ă©tait de fait nĂ©cessaire.

Par la suite, de Carcy et sa belle-sƓur, achĂštent une sĂ©rie de parcelles sur les bords du lac : « Nous achetĂąmes, ma belle-sƓur et nous, plusieurs terrains riverains du lac, alors qu’ils Ă©taient Ă  un prix trĂšs modĂ©rĂ©s. » (Ibid, p. 207). Ils sont dĂ©jĂ  conscients de la valeur spĂ©culative que peuvent avoir ces parcelles. D’ailleurs, en 1881, de Carcy se fait cette rĂ©flexion : « Chaque annĂ©e, un ou deux nouveaux chalets surgissent sur les bords de ce lac, oĂč nous avions commencĂ© Ă  acquĂ©rir et Ă  bĂątir les premiers sans concurrence. Nous eussions pu acheter le tour entier du lac Ă  peu de frais : c’eut Ă©tĂ© une excellente affaire ! » [Ibid, p. 243]

« Nous avions donnĂ©, en habitant ce coin perdu, un exemple qui ne tarda pas Ă  ĂȘtre suivi. »

Dans leur sillage en effet, d’autres viennent s’installer sur ces rives pour y vivre la partie la plus agrĂ©able de l’annĂ©e. « Nous avions donnĂ©, en habitant ce coin perdu, un exemple qui ne tarda pas Ă  ĂȘtre suivi. » [Ibid, p. 207]

Pour exemple, en 1864, la villa Kattendyke Ă  peine terminĂ©e, de Carcy revend Ă  M. de Saux et Ă  sa femme l’artiste peintre Henriette Brown, un terrain voisin pour y Ă©tablir une nouvelle villa, La Toquade. [Ibid, p. 207]

DĂšs cette Ă©poque, de Carcy Ă©voque la formation d’une « grande sociĂ©tĂ© de capitalistes », « et l’on parle d’un casino, d’un Ă©tablissement hydrothĂ©rapique perfectionnĂ©, d’un grand hĂŽtel, d’un orchestre et de tout ce qui doit donner des distractions Ă  ceux qui viendront passer quelques mois pour leur plaisir ou pour leur santĂ© ». De Carcy, entrevoit dĂ©jĂ , 25 ans avant que cela ne se rĂ©alise, le dĂ©veloppement de l’industrie touristique Ă  GĂ©rardmer. Pour la petite histoire, un premier casino avait vu ses statuts dĂ©posĂ©s chez MaĂźtre Poupard dĂšs 1866, mais sans suites. [Arch. dĂ©p. Vosges, 5 E 46/132, 1er aoĂ»t 1866]

Arch. dép. Vosges, 13 Fi 8. Photographie A. Braun.

Lorsqu’ils ne sont pas Ă  Nancy, les de Carcy et les Kattendyke vivent donc Ă  GĂ©rardmer, principalement l’étĂ© et le dĂ©but de l’automne. Ils poursuivent ici, leur vie mondaine nancĂ©ienne et reçoivent beaucoup. Les activitĂ©s se partagent entre les bains – des cabines sont construites sur la rive pour abriter les baigneurs –, les excursions en montagne, la musique et les mondanitĂ©s.

En 1881, de Carcy rencontre le notaire gĂ©rĂŽmois Adolphe Garnier. Ce dernier lui explique son projet de sociĂ©tĂ© financiĂšre (il s’agit de la SociĂ©tĂ© des villas et du casino de GĂ©rardmer fondĂ©e en 1882). De Carcy regrette : « Il y a dix huit ans que je rĂȘvais une sociĂ©tĂ© de ce genre et que je l’aurais volontiers dirigĂ©e
 Maintenant je ne suis plus d’ñge Ă  le faire ».

FrĂ©dĂ©ric de Carcy meurt en 1889, tandis qu’Élisabeth continue de venir rĂ©guliĂšrement Ă  GĂ©rardmer jusqu’à son dĂ©cĂšs le 18 janvier 1905 Ă  Paris. À la fin du XIXe siĂšcle, la villa accueille d’autres membres de cette grande famille. GrĂące aux listes des touristes publiĂ©es dans GĂ©rardmer Saison, on s’aperçoit que la villa est souvent occupĂ©e par la famille Dollfus et par d’autres personnalitĂ©s protestantes alsaciennes. Les Dollfus sont en effet liĂ©s aux Kattendyke grĂące Ă  Ida, la sƓur d’Elisabeth. Ida s’était mariĂ© en 1848 Ă  Jean Dollfus, industriel mulhousien. De cette union Ă©tait nĂ©e Lilla Dollfus qui considĂ©rait Henriette de Carcy comme « sa seconde mĂšre » [Ibid. p. 224] et Adrien Dollfus. D’aprĂšs la brochure Annales touristiques, vues inĂ©dites Ă©ditĂ©e par le Club Cartophile gĂ©rĂŽmois en 2011, la villa est lĂ©guĂ©e par testament Ă  Adrien Dollfus en 1905 [information non sourcĂ©e malheureusement non encore vĂ©rifiĂ©e]. Finalement, la niĂšce d’Adrien, la fille de Lilla Dollfus, Henriette Mirabaud-Thorens (1881-1943) devient propriĂ©taire de la villa vers 1907 [Arch. dĂ©p. Vosges, 3 P 1915].

Lac / Adrien Dollfus dans « Paysages de Gérardmer » en 1893. Voir en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52514534

Henriette est mariĂ©e depuis 1903 Ă  Robert Mirabaud, un intellectuel issu d’une famille de riches banquiers. Henriette, fille de mĂ©decin, est, elle aussi, une intellectuelle indĂ©pendante et fĂ©ministe. Elle est notamment membre de l’Union française pour le suffrage des femmes. Elle publie en 1913, depuis la villa Kattendyke, une petit mensuel fĂ©ministe intitulĂ© Pour les femmes. Il se fait l’écho des combats fĂ©ministes de l’époque, mais reprend Ă©galement des positions contre l’alcoolisme (son mari devient plus tard prĂ©sident de la ligue nationale contre l’alcoolisme) et pour les droits des animaux. Henriette est en effet trĂšs proche de Marie DiĂ©mer, une figure vosgienne du mouvement fĂ©ministe en France, et qui n’est autre que sa tante paternelle. Par ailleurs, Henriette Mirabaud-Thorens est traductrice de l’anglais ; elle est connue pour ses traductions du poĂšte indien Rabindranath Tagore rĂ©alisĂ©e Ă  partir des versions anglaises.

Pour les femmes, numéro 1, 1913. Voir en ligne : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1417064h

Durant ces annĂ©es, la villa Kattendyke continue d’ĂȘtre un lieu de mondanitĂ©. En tĂ©moigne le superbe album amicorum prĂ©sentĂ© Ă  la vente en novembre 2020. Cet album d’amitiĂ© de la villa Kattendyke, tenu par Henriette Mirabaud entre 1906 et 1931, contient des dĂ©dicaces de personnages cĂ©lĂšbres tels que le peintre LĂ©on Bonnat, les cantatrices Emma CalvĂ© et Marie Charbonnel, le dessinateur Hansi, la courtisane Caroline Otero.

Une page de l’album amicorum. Voir sur le site du vendeur : https://alde.fr/ventes/lettres-et-manuscrits-autographes-10/album-amicorum-de-la-villa-kattendycke-au-bord-du-lac-de-gerardmer-1

Au cours de la guerre 1914-1918, Henriette habite une partie du temps Ă  la villa. Elle se rend utile Ă  l’effort de guerre en prĂȘtant main forte aux mĂ©decins de l’hĂŽpital complĂ©mentaire comme infirmiĂšre. Avec son mari, ils fondent Ă©galement une Société du secours fraternel de Gérardmer venant en aide aux familles vosgiennes Ă©prouvĂ©es par la guerre.

« N’étant pas combattant lui-mĂȘme, il a tout fait pour aider ceux dont il aurait tant voulu partager le sort. Et ce qu’a Ă©tĂ© pour tous l’accueil de la villa Kattendyke, aucun des hĂŽtes innombrables de M. et Mme Robert Mirabaud ne pourrait l’oublier. C’était un de ces endroits privilĂ©giĂ©s oĂč l’on se sentait de suite chez soi, et oĂč on venait faire provision de courage. Comment ne pas parler ici de Mme Thorens-Dofflus (Lilla Dollfus), cette alsacienne Ă  l’ñme vibrante, fidĂšle Ă  tous les souvenirs du grand passĂ© qui allait revivre ? » [Le Christianisme social, n° 2, mars 1936, p. 209. Voir sur gallica.bnf.fr]

Des dĂ©filĂ©s et des cĂ©rĂ©monies militaires sont organisĂ©s aux abords de la villa et Ă  Ramberchamp sur des terrains appartenant aux Ă©poux Mirabaud. De ces annĂ©es de guerre, passĂ©es pour partie Ă  GĂ©rardmer Ă  la villa Kattendyke, Henriette a publiĂ© deux ouvrages : Journal d’une civile (publiĂ© sous pseudo) et En marge de la guerre (accessible en ligne).

Couverture du livre En marge de la guerre d’Henriette Mirabaud-Thorens. Voir en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k874309r

La villa Kattendyke, premiĂšre villa de villĂ©giature d’une trĂšs longue sĂ©rie est, de facto, un lieu important pour l’histoire du tourisme Ă  GĂ©rardmer. D’abord parce que son inventeur, FrĂ©dĂ©ric de Carcy est peut-ĂȘtre le premier promoteur touristique gĂ©rĂŽmois. Il a l’idĂ©e d’acheter des parcelles pour les revendre ensuite. Par son exemple, il a suscitĂ© l’Ă©dification des premiĂšres villas. On voit aussi, Ă  travers ses mĂ©moires qu’il avait une vision presque prĂ©monitoire pour le dĂ©veloppement touristique de la ville. Enfin, les personnages illustres qui furent les invitĂ©s des Kattendyke, de la famille Dollfus et des Mirabaud en firent un lieu de culture, de mondanitĂ©s, d’avant-garde – notamment fĂ©ministe – qui fit rayonner GĂ©rardmer largement au delĂ  des frontiĂšres de la Lorraine.

Photographie de couverture signée Pascal Frédéric. Merci à lui.

Par Simon REMY

Archiviste, spécialiste de l'histoire du tourisme et du sport dans les Vosges.

5 réponses sur « Les riches heures de la villa Kattendyke »

Merci de partager ces informations ! Étant geromoise de naissance je connais la villa mais j’en ignorais toute son histoire tellement interessante.

Je lis, plutĂŽt relis en ce moment les MĂ©moires de FrĂ©dĂ©ric de Carcy et c’est au cours de cette lecture que j’ai appris la construction de la Villa Kattendycke Ă  GĂ©rardmer propriĂ©tĂ© de la famille. Je recommande vivement la lecture de ce livre Ă  tous les nancĂ©iens et gĂ©romois curieux de l’histoire de leur rĂ©gion.

Je voudrai apporter les précisions suivantes:
FrĂ©dĂ©ric de Carcy est Ă©galement le bĂątisseur d’un hĂŽtel particulier sis au 37, cours Leopold Ă  Nancy, hĂŽtel devenu hĂŽtel de Metz Noblat (par suite du mariage de sa fille unique avec Alexandre de Metz Noblat) puis le GEC.

Bonjour. Le nom Kattendyke Ă©tait dans un coin de mĂ©moire liĂ©e Ă  mon grand-pĂšre. Celui-ci ne cessait d’Ă©voquer GĂ©rardmer et la famille Mirabaud comme ce qu’il y avait sans doute de plus beau dans son enfance. NĂ© en 1898, il avait trĂšs jeune perdu sa maman et a Ă©tĂ© Ă©levĂ© par sa grand-mĂšre. Ils vivaient Ă  Levallois-Perret. Mais il disait aussi qu’il avait sĂ©journĂ© « chez les Mirabaud » (c’Ă©tait son expression) dans le 16e ou 17e arrondissement de Paris (avenue Marceau ?) et Ă©voquait avec ravissement des hivers passĂ©s Ă  GĂ©rardmer, montant en raquettes vers le col de la Schlucht. Ce devait ĂȘtre aux alentours de 1910. Vers la fin de sa vie, mon pĂšre et moi avions pensĂ© lui faire faire le « pĂ©lerinage » Ă  GĂ©rardmer mais nous n’avons pas osĂ©, de peut de dĂ©cevoir ses si jolis souvenirs d’enfance. J’aimerais savoir s’il existe encore des documents sur cette pĂ©riode, voire des listes des enfants recueillis par les Mirabaud et ayant sĂ©journĂ© Ă  GĂ©rardmer. Merci de votre attention.

Bonjour, merci pour votre tĂ©moignage trĂšs intĂ©ressant. Je n’ai pas connaissance d’archives privĂ©es de la famille Mirabaud. Peut-ĂȘtre y-a-t-il des descendants de cette famille qui possĂšdent de tels documents, mais je n’ai pas l’information.

Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.